fbpx

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Pourquoi faire le métier de

Céréalier

en Centre-Val de Loire ?

Le métier de Céréalier, c'est quoi ?

Sur son exploitation, le céréalier produit du blé dur pour la fabrication de pâtes, du blé tendre pour la farine meunière, du colza et du tournesol pour l’huile, du maïs et bien d’autres céréales ou protéagineux. Le céréalier, comme tout chef d’entreprise, est chargé de l’organisation du travail, des achats d’équipements, des choix financiers et commerciaux.

Les activités quotidiennes d'un Céréalier ?

Céréalier

Les compétences pour être Céréalier !

Céréalier

Pour en savoir plus sur le métier de Céréalier en Centre-Val de Loire

Le céréalier est à la tête d’une exploitation agricole dont la dominante est céréalière : blé, orge, colza, maïs, etc. Il peut également cultiver des productions spécialisées comme la betterave sucrière, les pommes de terre ou encore des semences.

Comme tout chef d’entreprise, il dispose des compétences nécessaires au bon pilotage de sa structure : comptabilité, gestion administrative, commercialisation. Aidé ou non par un chef de culture, il établit ses assolements, les rotations et programme les différents travaux à réaliser.

Véritable expert du végétal, il sait composer avec son environnement pour adapter les cultures et les variétés à ses différentes parcelles. Il s’appuie sur ses connaissances agronomiques, les données météorologiques et sur ses observations de terrain pour planifier ses interventions (semis, traitements, désherbage, irrigation, apport d’engrais). Au moment de la récolte, ce dernier assure la logistique pour garantir une bonne articulation entre la moissonneuse-batteuse et les camions/remorques chargés de livrer la coopérative, le négoce ou l’exploitation.

Le céréalier doit être polyvalent. Il doit assurer l’entretien de son matériel, gérer ses stocks et ses commandes, suivre les évolutions réglementaires, s’adapter au changement climatique et, le cas échéant, être en mesure de gérer des salariés. 

Enfin, le céréalier n’hésite pas à innover et à prendre des risques pour expérimenter de nouvelles cultures ou pratiques pour améliorer ses rendements et la qualité sanitaire et environnementale de ses productions.

Construis ton avenir à ton image !

Chaque projet d’installation est unique. Vous n’avez pas à choisir exclusivement une seule production. Vous pouvez être seulement maraicher ou céréalier et arboriculteur ou encore viticulteur, éleveur porcin et ovin. C’est un choix propre à chaque situation, fait à l’installation ou plus tard dans le cadre d’une diversification de son exploitation.

L’agriculteur, qu’il soit céréalier, éleveur ou maraîcher, ne travaille jamais seul. Il est accompagné en amont et en aval de ses missions par le conseiller agronomique ou élevage, le technicien, l’acheteur, le mécanicien, et bien d’autres personnes qui gravitent autour de lui.

L’agriculteur vend sa production – céréales, fruits, légumes, animaux, lait, viande, fleurs – à sa coopérative, un intermédiaire, aux GMS ou directement aux consommateurs. L’agriculteur peut également transformer sa production avant de la vendre. Il peut faire de son lait du fromage, de son blé des pâtes, de son colza de l’huile et bien d’autres choses.

L’agriculteur est aussi et surtout un chef d’entreprise qui assure, en plus de sa production, la commercialisation de ses produits, le management de ses salariés et ainsi la gestion financière et administrative de son exploitation. Il se tient également informé des changements constants de son secteur et fait, par conséquent, évoluer ses pratiques. Il est volontaire pour se former à l’utilisation de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de production tout au long de sa carrière.

Projet mené avec le soutien de :